Institut de l’enfant


L’Institut de l’Enfant (Université Populaire Jacques-Lacan) promeut, sollicite, et fait connaître les travaux des psychanalystes et des professionnels qui s’orientent de l’enseignement de Jacques Lacan dans leur pratique auprès des enfants et des adolescents. Il est attentif aux discours contemporains qui témoignent des transformations en cours dans « le sentiment de l’enfance » au sein de nos formations humaines.

Créé en décembre 2009 par Jacques-Alain Miller, l’Institut de l’Enfant a été inauguré le samedi 19 mars 2011 avec sa première Journée d’étude sur les peurs d’enfants. Les travaux de cette Journée ont témoigné de l’accueil particularisé fait à un enfant et à ses symptômes :

  • dans les institutions du Réseau International des Institutions Infantiles (RI3);
  • dans le cadre d’une cure psychanalytique (travaux du Centre d’Étude et de Recherche sur l’Enfant dans le Discours Analytique – CEREDA);
  • au sein des espaces sociaux de l’enfance, tout spécialement à l’école, avec les interventions de membres du Centre Interdisciplinaire sur l’Enfant (CIEN).

L’intervention de clôture à cette Journée a été prononcée par Jacques-Alain Miller, en présentation du thème de la deuxième Journée d’étude « L’enfant et le savoir »  (samedi 23 mars 2013). Ce texte donne à l’Institut de l’Enfant les axes de son action.

  • « Il appartient à l’Institut de l’Enfant de restituer la place du savoir de l’enfant, de ce que les enfants savent » : les modes d’émergence de ce savoir, ses censures, ses bizarreries, ses créations, feront l’objet d’un recueil attentif, qui ne soit pas trop contaminé par nos idéaux de l’enfance.
  • « Il revient à l’Institut de l’Enfant de dégager dans l’éducation la fonction que tient le désir de l’Autre » : ce qui vaut pour un enfant dans ce qui lui est transmis et la place qu’y prennent ceux qui incarnent cette fonction, voilà ce que nous souhaitons mettre à notre étude.
  • « L’enfant, aujourd’hui, est un enjeu de pouvoir » : État, famille, médias, forment un « triangle des savoirs », et rivalisent auprès de l’enfant, au point que nul ne sait qui a autorité sur l’enfant, des énoncés de la Loi, les paroles des parents, ou les jeux vidéo ! Nous interrogerons ces savoirs, en tant qu’ils édictent des normes d’autant plus féroces qu’elles se présentent comme universelles.
  • « La cure psychanalytique n’est pas une éducation » : la responsabilité des psychanalystes est engagée dans la place qu’occupe l’enfant dans les discours du temps présent et la cure psychanalytique est le lieu où peuvent s’élaborer des réponses nouvelles et des nouages nouveaux. L’enseignement de Jacques Lacan et les éclairages qu’il y apporte sur la place de l’enfant sont des ressources sur lesquelles les praticiens peuvent faire fond pour se déprendre des conformismes qui toujours menacent.

Les News de l’Institut de l’Enfant paraissent chaque mois, avec leurs rubriques et informations. Nous vous invitons à vous inscrire.

Les travaux de l’Institut de l’Enfant feront l’objet de publications régulières, pour une diffusion à un large public. La prochaine parution réunira les travaux de la Journée « Peurs d’enfants ».

Les travaux de l’Institut de l’Enfant font l’objet de publications régulières, pour une diffusion à un large public. Les travaux des premières Journées sont parus : «Peurs d’enfants», «Le savoir de l’enfant» et «Interpréter l‘enfant».

Des événements « Institut de l’Enfant » sont organisés avec le réseau francophone du CEREDA, du CIEN et le RI3, dans les régions de France et de Belgique où ils sont présents.

AUTISME
Oui au choix de la méthode de soin
Non à l’interdiction de la psychanalyse
 
SIGNEZ LA PÉTITION
sur le blog « La cause de l’autisme »