Le chien fait miaou, le chat ouah-ouah

31 Mar, 2014 par

Le chien fait miaou,  le chat ouah-ouah

Une lecture du texte de J.-A. Miller « Interpréter l’enfant »1

Quatre points

Le psychanalyste instrument nous permet de nous interroger sur le avec de l’expression la psychanalyse avec les enfants. Ce avec soulève la question de la place de l’analyste. L’interprétation implique que l’analyste opère d’une place, qui est celle de l’instrument, un instrument qui prend des initiatives. L’enfant repère rapidement que la parole compte différemment selon à qui il s’adresse. Le désir de l’analyste est là en jeu. L’enfant ne parle pas à la cantonade, il s’adresse à quelqu’un. Cela suppose des initiatives à partir de ce que dit l’enfant. Ce sont des ponctuations. Qu’en est-il de ces ponctuations ? De quoi l’analyste se fait-il instrument ? Jacques-Alain Miller parle du geste de l’embrochage que fait Lacan dans sa Télévision. Cela peut nous faire penser à la façon dont Lacan nomme le graphe, un hameçon. Comment hameçonner le sujet?

+ Lire la suite +

1 – Disponible sur le site de l’Institut de l’enfant et dans le deuxième volume de la collection La petite Girafe, Le savoir de l’enfant, paru aux éditions Navarin.

 

Related Posts

Tags

Share This