Quel corps pour le sujet autiste ?

22 Mai, 2012 par

Quel corps pour le sujet autiste ?

De nombreux témoignages d’autistes soulignent leur difficulté à « prendre possession du corps », et à s’éprouver vivants. Gunilla Gerland, autiste de haut niveau, en fait part dans son autobiographie Une personne à part entière  et évoque cette période dite de « l’adolescence ». Elle témoigne des constructions qu’elle a inventées pour se constituer un corps. C’est notamment un usage singulier du toxique avec lequel elle « ne se présente pas du tout sur le mode de « je suis toxicomane  » », comme le formule Eric Laurent, qui a orienté nos travaux de recherche, un usage du toxique des plus complexes, qui interroge et enseigne sur le rapport au corps du sujet autiste.

En savoir +

Related Posts

Tags

Share This