Samedi 31 mars 2012

24 mar, 2012 par

Samedi 31 mars 2012

Journée régionale de l’Institut psychanalytique de l’Enfant

Le savoir et le corps, à l’éveil du printemps

de 9h30 à 18h

Chapelle de Ville-Évrard
202 avenue Jean Jaurès
93300 Neuilly sur Marne

Renseignements : secrétaire de Dr Yves-Claude Stavy – 01 41 61 22 70

Télécharger le bulletin d’inscription

Voir l’affiche

 

Pour se rendre à Chapelle de Ville-Évrard
(cliquez sur l’image ci-dessous)

 

«La sexualité est entièrement prise dans ces mots, c’est là le pas essentiel que Freud a fait. C’est bien plus important que de savoir ce que veut dire ou ne veut pas dire l’inconscient », affirme Lacan en 1977, dans sa Conférence à Bruxelles (1).

Ce dont témoigne en effet, chaque symptôme, c’est que le vivant du corps est aussi dans le coup : une rencontre s’est produite, dès l’enfance, entre certains mots issus de la langue (pas dite pour rien ‘maternelle’), et un corps qu’on a, mais dont on ne sait pas ce que c’est…sinon qu’il ‘se jouit’ (2) c’est à dire qu’il s’éprouve et que personne n’en est maître. Chaque symptôme s’avère à nul autre pareil, en tant qu’il emporte avec lui, la marque incurable de cette rencontre inouïe, – à rebours de l’interprétation la plus rigoureuse, permise par la structure du langage.

Bien des passages à l’acte commis tout spécialement à l’adolescence ; bien des impasses rencontrées avec certains enfants en grande difficulté : révèlent a contrario l’importance de respecter le versant réel du symptôme. Dès lors, comment et dans quelles mesures, divers intervenants orientés par le discours analytique (soignants, mais aussi enseignants, éducateurs, juges, etc.) parviennent-ils dans leurs pratiques quotidiennes à tenir compte de cette ‘différence absolue’ (3) propre à chacun, – alors même que celle-ci s’avère impossible à cerner à partir des ‘types de symptômes’ (4) ? Et avec quelles conséquences, souvent inédites et inoubliables pour l’enfant et l’adolescent ainsi pris au sérieux ?

C’est ce que nous interrogerons à partir du plus vif de l’expérience de celles et ceux qui, le samedi 31 mars 2012, auront voulu s’exposer à tenter d’en transmettre quelque chose.

 

(1) Jacques Lacan, intervention à Bruxelles, le 26 février 1977, Quarto, 1981,n°2

(2) Jacques Lacan, la Troisième, La Cause Freudienne, 2011, n°79

(3) Jacques Lacan, Les Quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Le séminaire, Livre XI, p 248 (Ed Seuil, 1973)

(4) Jacques Lacan, Introduction à l’édition allemande des Ecrits, Autres Ecrits, p. 556-557

 

L’Institut psychanalytique de l’Enfant (Université populaire Jacques-Lacan) tiendra en 2013, sa 2ème Journée nationale. Nous avons voulu contribuer à la préparation active de cet évènement, en organisant une Journée d’études, à Ville-Évrard, le samedi 31 mars 2012.

Ce rendez-vous sera l’occasion d’apporter des témoignages vivants et pluriels de ce que nous rencontrons, dans nos pratiques quotidiennes qui s’orientent des enseignements de Freud et de Lacan, avec les enfants et les adolescents. S’y rejoindront ceux et celles qui participent à l’Institut psychanalytique de l’Enfant en Île-de-France, qui jusqu’ici ont inscrit leur travail sous l’égide du CEREDA, du CIEN et du RI3 (5) et qui, dès septembre 2011, l’ont préparé ensemble.

Puisse cette Journée à Ville-Évrard, donner chance de rendre compte, comme on peut, du « hors du commun » auquel a à faire chaque enfant, chaque adolescent ; et des « savoirs y faire » inédits dont ceux-ci s’avèrent auteurs, sitôt que l’on tente de s’en faire partenaire, hors des censures qu’opèrent si vite les pratiques standardisées, dites de « bonne conduite », prônées sans cesse davantage dans nos démocraties.

 

(5) CEREDA : Centre d’Etudes et de Recherche sur l’Enfant dans le Discours Analytique ; CIEN : Centre Interdisciplinaire sur l’Enfant ; RI3 : Réseau International d’Institutions Infantiles.

Related Posts

Tags

Share This